Depuis 2005, Aldebaran Robotics représente le symbole de la robotique humanoïde à la française. Appuyé désormais par les capitaux japonais de Softbank, l’entreprise a déjà montré ce qu’elle savait faire et est même le leader de la robotique humanoïde avec la vente de plus de 5 000 Nao à travers le monde. Ce ne sont pas moins de 3 robots humanoïdes qu’Aldebaran Robotics propose désormais dans son escarcelle.

Nao, le robot le plus connu et le plus représentatif de l’entreprise parisienne, est un petit humanoïde de 58 cm de haut. Il équipe déjà de nombreuses écoles, centres de recherche et entreprises. Il a fait le tour du monde sur le bateau de Tanguy de Lamotte lors du dernier Vendée Globe et devient même chroniqueur sur “Salut les Terriens” sur Canal+ avec Thierry Ardisson. Nao, premier robot développé par la société, a déjà conquis de nombreuses personnes qui attendent une version grand public pour s’en équiper. Le prix actuel est d’environ 5 000 Euros.

En 2010, le projet Romeo a été lancé par Aldebaran et un ensemble d’entreprises françaises, dans le but de créer un humanoïde de grande taille (1m40). Celui-ci reprend les caractéristiques de Nao mais les adapte à la taille du nouvel opus. C’est cette année, lors du salon Innorobo 2014, que Romeo est enfin présenté au public. Il devient la vitrine technologique d’Aldebaran Robotics, un peu comme une Formule 1 représente les capacités d’une marque automobile. A terme, plus ou moins lointain, Romeo pourrait servir de base pour un robot à destination des personnes âgées.

Début juillet 2014, Bruno Maisonnier, PDG d’Aldebaran Robotics, surprend toute la profession en présentant Pepper, un robot semi-humanoïde d’1m20 de haut, monté sur roues. La grande nouveauté de Pepper est sa proche disponibilité pour le grand public, courant 2015, pour un tarif extrêmement bas, moins de 2 000 dollars. Ce robot se veut être le premier véritable robot à entrer massivement dans les foyers. Afin d’aider les ambitions d’Aldebaran Robotics, Pepper est produit par Foxconn, le fabricant chinois derrière les appareils Apple (iPhone, iPad…). Pepper devrait créer le marché de la robotique de service à la maison dès l’année prochaine, entraînant probablement l’arrivée proche de concurrents un peu partout dans le monde, visant ce même marché hautement lucratif.

Fait intéressant, le langage de programmation est commun aux trois robots. Les programmes développés pour un robot se voient compatibles avec les autres. C’est le système d’exploitation qui gère les différences physiques entre chaque robot. Grâce à des sociétés comme Aldebaran Robotics (mais pas que), la France fait partie des grands leaders de la robotique dans le monde, au même titre que le Japon ou la Corée du Sud.